Je spolie donc je suis

Posté le 18 septembre 2014 par thekb dans Economie, Politique, Social

Le but du présent article est de donner au citoyen avec trois tableaux basiques et clés une vision de la situation fiscale du pays via l’impôt sur le revenu puis de conclure sur le sens de cette politique socialiste.

En effet, le chef du gouvernement vient d’avoir une riche idée. Supprimer les impôts des français les plus défavorisées. Evitons les bons mots sur ce socialisme populiste (libéral ? j’en ris encore). Focalisons nous sur les chiffres !

Ah si tout de même, avant d’analyser les chiffres, il faut donner les sources. Le fichier excel de l’impôt sur le revenu 2012 (revenus 2011) est directement téléchargé sur le site officiel du gouvernement  (http://www.impots.gouv.fr/portal/dgi/public/statistiques.impot?espId=-4&pageId=stat_donnees_detaillees&sfid=4503). Où est passé 2013 pour les revenus de 2012 ? Soit les socialistes ont décidé que publier n’est pas nécessaire dans leur démocratie, soit le fonctionnaire en charge a son poney en double file soit les deux, toujours est-il que ces personnes qui vivent de nos impôts ne jugent pas utiles d’assurer la transparence publique.

Passons aux chiffres, rien que les chiffres.

I) Les données brutes de décoffrage

 Revenu Fiscal de Référence
par tranche (en €)
Nombre de foyers fiscaux Impôt collecté
(en Md€)
0 à 10 000 8 880 651 -0,8
10 001 à 12 000 2 238 692 -0,5
12 001 à 15 000 3 636 899 -0,2
15 001 à 20 000 5 778 516 2,0
20 001 à 30 000 6 456 016 5,2
30 001 à 50 000 5 970 722 12,0
50 001 à 100 000 2 777 266 16,0
> 100 000 650 494 22,6
Total 36 389 256 56,5

Tableau 1 : France, Impôts sur le revenu 2012 (revenus 2011)

L’impôt sur le revenu perçu sur 36 millions de foyers a rapporté environ 56 Md€ à l’état (contre 72 Md€ en 2013 source : vie-publique.fr) pour un total de 300 Md€ annuels perçus (les véritables sont ailleurs principalement la TVA). Les tranches les plus défavorisées reçoivent de l’argent directement du trésor public ce qui explique le chiffre négatif pour les plus petites tranches en troisième colonne.

II) La répartition de l’impôt selon les classes

Regroupons et raisonnons en pourcentage afin d’analyser les données. Je suggère de créer 4 classes : classes les plus défavorisées (tranche 0 à 10 000), classes modestes (tranches 10 0001 à 30 000), classes moyennes (30 001 à 100 000), classes aisées ( tranche au delà de 100 000)

Tranche Poids classe
(en %)
Part Impôt Payé (en %)
Les plus défavorisées 24% -1%
Modestes 50% 12%
Moyennes 24% 50%
Aisées 2% 40%
Total 100% 100%

Tableau 2 : France, contribution à l’impôt sur le revenu des différentes classes, Impôts sur le revenu 2012 (revenus 2011)

Le masque tombe. Dans cette représentation simplifiée dans la société française où l’on considère que les modestes représentes 50% de la population avec de part et d’autre une égale répartition des plus défavorisées (24%) et de la classe moyenne (24%) et un détachement de nos riches mal-aimés (2%), nous nous apercevons de 2 points fondamentaux :
1- La classe moyenne française, c’est 1/4 de la population, c’est la moitié de l’impôt sur le revenu perçu
2- La classe aisée, c’est 2% de la population, c’est 40% de l’impôt sur le revenu perçu
En première conclusion, la classe moyenne+la classe aisée qui représentent 1/4 de la population payent 90% de cet impôt.
En seconde conclusion, remarquons que si nous avions deux fois plus de riches, il n’y aurait même plus besoin de percevoir l’impôt chez les classes défavorisées, modestes et quelques moyennes. A moins que… A moins que précisément la faute de raisonnement ne soit ici. Un riche reste quand il ne se fait pas spolier sa fortune. Si à une soirée, vous êtes le seul à payer, peut-être irez-vous passer votre prochaine soirée ailleurs, peut-être inviterez-vous moins de monde ?

3) La paupérisation encouragée

Reprenons les chiffres annexes liées au tableau 1

 Revenu Fiscal de Référence par tranche (en €) Nombre de foyers non imposables Revenu fiscal de référence de la tranche (en €)
0 à 10 000 8 807 141 40 416
10 001 à 12 000 2 064 522 24 664
12 001 à 15 000 1 858 440 49 485
15 001 à 20 000 1 896 590 100 221
20 001 à 30 000 939 802 158 854
30 001 à 50 000 269 875 227 626
50 001 à 100 000 77 427 182 239
> 100 000 11 864 129 622
Total 15 925 661 913 127

Tableau 3 : Eléments de détails, Impôts sur le revenu 2012 (revenus 2011)

Deux nouveaux points arrivent avec ces chiffres :
1- Comme le laissait présager l’impôt négatif des trois premières tranches, de nombreux foyer ne sont pas assujettis à l’impôt sur le revenu.  Aujourd’hui 16 millions de foyer soit environ 44% de personnes ne participent donc pas au financement du vivre-commun français même à titre symbolique. Je souligne ici l’importance que revêt ce symbole de participer à l’effort commun. Pour les férus d’histoire, Voltaire souligne parmi toutes les erreurs de Louis XIV son excellent choix d’avoir imposé un impôt payable par tout son royaume, renforçant l’unité, évitant le sentiment de bouc-émissaires et de passe-droit.
2- L’impôt sur le revenu actuellement ne permet pas une redistribution de la richesse, il permet une redistribution de celui qui apparaît facialement le plus riche vers celui qui apparaît le plus pauvre. Ainsi des personnes sans emploi avec une forte famille de la tranche 1 ne payeront pas d’impôts malgré un revenu fiscal presque deux fois supérieur à celui d’un couple de la tranche 2 avec un enfant pour lequel la femme est au chômage. Comment les socialistes peuvent encore décemment s’étonner du vote FN ?

La solution est simple, il ne s’agit pas de rendre de l’argent à ceux qui facialement sans travail affichent le moins de revenus mais d’attribuer les ressources redistribués à ceux qui retournent vers l’emploi. La politique, c’est une incitation aux bons comportements pour la société. Pourquoi les socialistes ne le font pas ? Il faut retourner aux valeurs fondatrices.

4) Liberté, égalité, fraternité

Cette discussion nous ramène au point de départ de nos pères révolutionnaires. Ils ont choisi comme devise dans cet ordre liberté, égalité, fraternité. En effet, seule la liberté exercée par chacun, dans son travail notamment, permet d’aboutir à une égalité entre les citoyens avec des distinctions fondées sur l’utilité publique. Dès lors avec chacun récompensé pour son juste apport à la société, un sentiment de nation unie et de fraternité peut s’exprimer.

Mais le socialisme a choisi sa maîtresse, elle s’appelle égalité. La liberté a pu lui apparaître un temps une modalité, cette époque est révolue. Il a alors créé le monstre libéral, l’a pourchassé et le pourchasse à travers le monde, travestissant ses paroles. Mais dans ce procès capital, la défense appelle Hayek à la barre. « Ni Hitler ou Staline ni aucun dictateur à aucun moment ne se sont jamais réclamés du libéralisme ». Qu’en est-il de vos doctrines mesdames, messieurs ? Je choisis le poids du mot libéral contre le poids de l’histoire socialiste.

Un Commentaire le “Je spolie donc je suis”

  1. SF

    Hello, just wanted to say, I loved this blog post. It was practical. Keep on posting!
    .
    .
    .
    Plus sérieusement, l’article et ton point de vue sont intéressants :)
    Tout en étant d’accord sur les chiffres, je ne parviens pas à te rejoindre sur la conclusion :
    « La solution est simple, il ne s’agit [...] d’attribuer les ressources redistribués à ceux qui retournent vers l’emploi. »
    Cette solution suppose que :
    – l’emploi soit abondant et utile
    – la valeur créée soit redistribuée équitablement.

    Pour le premier point, tu noteras que les emplois qui abondent ne sont pas toujours utiles (toi aussi, deviens développeur de site web pour des entreprises qui investissent dans le marketing à défaut de répondre à de vrais besoins).
    Concernant le deuxième point, si tu remplaces un travailleur par une machine, tu supprimes un emploi, et tu crées un chômeur. Cette personne a toujours besoin de manger, de se loger. Elle a peut-être besoin de se former pour pouvoir retourner vers l’emploi… Tout cela représente un coût. Et dans cette situation, qui empoche la « valeur » créée par la destruction d’un emploi, et qui paie l’addition ?

Répondre

D'autres nouvelles

Géopolitique

Protégé : Alchimie du monde arabo-musulman

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour ...

Introduction

Vivre et mourir

On vit, on meurt. C’est déjà pas mal. On s’assèche ...

Politique

Connais-toi toi même ? / version politique

Suis-je de droite ou de gauche ? Question naturelle à ...

Le blog du salon |
Les News ELVI immobilier |
Idabox |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | The Teamwork Project
| JCL COURTAGE
| NICOLAS MAULET | ENERGY LA...